L.F.R.U : une fédération forte et vigilante

Accueil > Actualités > Point de vue > Le Reiki est-il une secte ?

Le Reiki est-il une secte ?

Des changements dérangeants !

Un couple donne l’image du couple idéal, solide, uni. Le mari ou la femme fait un stage Reiki et décide dans la semaine qui suit de divorcer.

Un professionnel est reconnu dans son entreprise et dans sa profession pour être très performant, très engagé dans son métier et avec ses collègues, parfaitement responsable et apparemment bien équilibré. Il fait un stage Reiki et pose le lendemain sa démission, sans même savoir ce qu’il va faire le lendemain.

Une personne fait un stage, rentre chez lui se sépare avec sa femme, chasse tous ses "amis" en les traitants de parasites et dans le mois rencontre l’amour de sa vie, déménage, change de métier...

Ce n’est que quelques exemples parmi des centaines.

Si les personnes qui produisent ces changements sont "reconnues", "équilibrées", en apparente bonne santé physique, mentale et émotionnelle, alors les observateurs seront étonnés, ne comprendront pas.

Si les personnes qui produisent ces changements sont connues pour "être" "fragiles", "dépressives", sujettes à des "troubles anxieux"... alors nombreux sont ceux qui, dans leur entourage, penseront qu’elles ont pu être manipulées.

Comment sinon, auraient-elles pu prendre des décisions aussi fortes ou provoquant de tels déséquilibres ?

Des Guérisons extraordinaires

Une personne malade se voit annoncer qu’il n’en a plus que pour quelques jours à vivre.

Il guérit après un soin Reiki.

Dans un dojo, je vois un homme au visage tuméfié et qui ne peut plus ouvrir les yeux. Il a le nez cassé.

Après quelques minutes de Reiki, je vois son visage désenfler, s’apaiser, s’ouvrir.

Il ne gardera le lendemain qu’un trait bleu au niveau de la fracture. Même pas un coquard.

Une femme se déboite le genou dans un faux mouvement, le remet en place. Son genou enfle, elle a du mal à marcher. Sous l’action du Reiki, je vois le genou reprendre sa forme normale et perdre au moins 30cm de diamètre.

Une personne souffre de troubles sexuels. Elle sait bien que c’est parce qu’elle se fait des nœuds au cerveau et pense trop. Mais comment sortir du cercle vicieux. Après un stage, tout se résoud.

Un couple a tout essayé pour avoir un bébé. Ils font un stage Reiki pour faire le deuil de cet enfant impossible et elle tombe enceinte.

Suite à un viol, une femme se reproche d’avoir eu une attitude provocatrice, s’auto-flagelle de son irresponsabilité, de sa naïveté... Elle vit un syndrome de Stress Post-traumatique : pensées obsessionnelles et compulsives, troubles anxieux, flash-back, perte de toute vie sexuelle et de toute vie sociale, somatisations diverses...

Suite à un stage Reiki "Tout à disparu." Le grand silence dans sa tête l’effraie. La disparition de la culpabilité et des inhibitions lui laisse une telle liberté qu’elle ne sait plus par quoi commencer. Les douleurs physiques ne sont plus là. Il y a plus de flash-back. Elle peut vivre et ne sait plus le faire. Elle demande un accompagnement pour pouvoir reconstruire sa vie.

Comment accepter ces guérisons atypiques voire anormales. La plupart des gens, face à ces guérisons sans médicament, pensent au hasard, à l’effet placébo, à l’effet d’un mental influençable...Ces changements et guérisons sont l’ordinaire des praticiens Reïki. Et nous ne sommes pas organisés pour faire homologuer les miracles ou canoniser les guérisseurs, encore moins pour faire connaître nos réussites. Nous voudrions le faire, nous serions poursuivis en justice.

Des savoirs et principes pré-scientifiques inacceptables pour les esprits "rationalistes" ou "cartésiens"

Le Reiki est un Qi Gong, il se construit sur des savoirs et principes pré-scientifiques.

En raison des croyances des chercheurs, par manque d’intérêt pour des arts pré-scientifiques, par manque de rentabilité, simplement par manque de temps, ou encore par peur du lobby médical et pharmaceutique, les scientifiques n’ont pas su jusqu’à aujourd’hui, démontrer l’efficacité des médecines énergétiques utilisées par plus de la moitié de la population dans le monde.

Sauf à rentrer nous-même dans une démarche scientifique, il y a peu de chance que les choses s’améliorent positivement de ce côté là. Trop d’enjeux financiers pour les détracteurs du Reïki.

Discuter de Reiki avec eux reviendrait à discuter avec un promoteur immobilier aveugle qui voudrait nous imposer sa croyance que la lumière n’existe pas et que les seules habitations vivables sont celles qu’il construit sans fenêtre. Ce n’est pas notre vocation.

Les dérives New Age

Dans le Reïki occidental, le New Age a mélangé les racines chinoises et japonaises avec les médecines indiennes, le Yoga, les religions bouddhistes, hindouistes, chrétiennes... y a rajouté tout un fatras « spiritualiste » dans un patchwork incohérent.

Nous avons choisi de faire le tri dans les bagages que le mouvement New Age nous a légués.

Pour faire cela avec rigueur et tenter de se rapprocher de la pensée du fondateur du Reïki, nous sommes allés chercher dans sa culture d’origine, les sources du Reïki japonais : Kiko (qi gong), médecine chinoise, arts martiaux chinois et japonais. Nous avons gardé, de manière complémentaire, l’utilisation du système des chakras qui grâce à sa simplicité, permet aux stagiaires de trouver rapidement les postures du traitement de base.

Nous respectons la pensée des autres, qui ont le droit de mettre dans leur "Reiki", des anges, et entre 2 coups de bol tibétains, des lumières, des prières de toutes origines, et même de la psychanalyse. Mais nous n’enseignons pas cela : la volonté de Mikao Usui, le fondateur, était de transmettre un Reïki laïque, ouvert à tous, compatible avec les croyances de chacun, sans tenter de convertir autrui à ses idées ou d’imposer ses convictions.

Nous adhérons à ce projet.

L’énergie n’est pas perçue par la majorité des gens

Parce qu’ils sont persuadés que ça n’existe pas, en raison de leur culture, croyances, religions, la majorité des gens croient encore qu’ils ne pourront jamais accéder à une perception de l’énergie, refusent et inhibent des perceptions qu’ils diabolisent, rejettent. Parfois même ils brûleraient volontiers ceux qui pratiquent le Reïki.

Nombreux sont ceux qui affirment "je ne crois que ce que je vois" et qui en réalité ne peuvent voir que ce qu’ils croient. Deux types de réactions :

Influencer par imposition des mains, ou pire, à distance avec un truc qu’on ne voit pas ? Mais vous n’y pensez pas, c’est de la sorcellerie et ça pourrait être dangereux !
Si je ne vois pas, c’est que ça n’existe pas. Les praticiens Reïki vendent alors du vent et sont des escrocs.

Il y a bientôt un million de pratiquants Reiki en France, les initiations 1er degrés sont peu chères (150€ pour un week-end de formation chez nous !) et à la portée de tous ceux qui veulent découvrir ou vérifier par eux-mêmes que la perception et l’utilisation de l’énergie n’est qu’un entraînement.

Nos formations sont ouvertes à tous, même les sceptiques, "pragmatiques", "scientifiques", "rationalistes" et autres "cartésiens" sont les bienvenus.

Alors, que ceux qui veulent vraiment voir, agissent et travaillent avec sincérité et engagement.

Les réflexes sectaires des associations anti-sectes et de ceux qui les suivent

Le Reiki permet des changements importants, parfois extraordinaires, parfois dérangeant les routines et autres petits équilibres ménagers.

Beaucoup de personnes raisonnent de manière mécanique et en terme de causalité linéaire : s’il y a changement dérangeant, c’est un effet dont il faut chercher la cause.

C’est tellement facile de dire alors "c’est de la manipulation mentale" et c’est le Reiki.

Une éthique pour l’enseignement et la pratique du Reiki

Par l’entraînement, la formation et les initiations, nous avons développé les compétences pour percevoir l’énergie, la canaliser, la transmettre, soigner par imposition des mains.Nous avons, par nos formations et recherches, acquis les compétences pour former et initier, développer les moyens pédagogiques et didactiques afin de favoriser les apprentissages nécessaires à la pratique du Reïki.

Nous formons en Reiki, nous ne nous sommes jamais permis de donner une interprétation sur les états physiques, émotifs ou mentaux d’une personne, nous ne donnons jamais de conseil à qui que ce soit, même quand il nous est demandé. Nous ne donnons jamais de diagnostics, encore moins faisons de référence à la pathologie ou à la psycho-pathologie que nous considérons réductrice, manipulatrice et pathologisante à fin commerciale.

Nous considérons que pour qu’une personne puisse progresser, il lui faut garder et développer son autonomie. Pour cela, le formateur doit garder une posture d’accompagnant, et surtout pas de guide ou de "Maître".

En Reiki, le certificat de Maître donné à l’issue d’une formation, ne témoigne que d’un parcours de formation et initiations. Il n’est pas un titre honorifique et ne nous change pas en sur-Hommes.

Dans une posture d’accompagnant, nous ne donnons pas des réponses, nous posons des questions. Nous interrogeons la voie des personnes qui nous ont choisis pour faire leur formation. Chacun trouve les réponses qui lui conviennent et choisit, en toute autonomie, sa manière de continuer sur sa voie.

Dans une posture de praticien, nous ne cherchons pas à créer de la reconnaissance ou autres formes de sentiment d’obligation. Nous nous efforçons de travailler dans une relation claire et sur une base d’échange préalablement définie.

Nous ne sommes jamais neutres, parce qu’il nous est impossible de l’être, mais nous respectons les valeurs, croyances, objectifs et attentes de nos patients.

Nous formons aussi les praticiens dans ce sens.

C’est juste une question d’éthique.

Nous savons que la majorité des pratiquants de Reïki partagent la même éthique.

Nous ne pouvons pas être responsables des gens qui pratiquent différemment.

Nous n’avons pas autorité pour évaluer ou encore moins juger, sanctionner les pratiques des autres.

Nous ne pensons pas pouvoir être traités de gourous ou de manipulateurs par quelqu’un de sérieux.

Mais voilà, il y a aussi le Reiki

Le Reiki, comme pratique énergétique, est clairement un outil de changement.

Il donne du recul pour percevoir les choses différemment. Il permet un réel lâcher-prise envers les choses et les situations qui quelques jours avant paraissaient indispensables, incontournables ou encore du domaine du devoir. il permet d’enlever les stress qui paralysent ou font agir sur le coup de la colère.

Il redonne de la liberté pour penser et agir. Il stimule les processus d’autoguérisons et influence les dimensions physique, psychique, émotive et spirituelle d’une personne dans le sens qui lui convient le mieux... sans nous demander notre avis.

Le Reiki est un outil de changement et c’est probablement ce qui fait peur. S’il n’avait qu’un effet placebo, il ne ferait peur à personne et n’intéresserait personne.

Il n’a jamais été prouvé que les pratiques d’énergétique, le Qi Gong ou le Reiki, permettent la manipulation mentale. Du moins, pas plus que le yoga, la sophrologie et les techniques de méditation dont le Reiki peut parfois se rapprocher. Et plutôt bien moins que les modèles issus de la sémantique générale ou certaines techniques d’hypnose ou de PNL par exemples.

Quand bien même, il serait prouvé qu’une technique permet de manipuler, ce n’est pas la technique de manipulation qui fait la manipulation mais bien l’usage qu’en fait le manipulateur.

Il n’a jamais été prouvé que la formation de praticien Reïki, donnait un pouvoir ou une propension plus grande à la manipulation mentale. Du moins pas plus que n’importe quelle autre formation qui donnerait une autorité de compétence. Et plutôt bien moins qu’une formation de médecin, contrôlé par un Ordre, sur-représenté dans toutes les instances politiques et exécutives du pouvoir, protégé par un lobby pharmaceutique et financier.

Notre réponse aux "allégateurs", personnes qui font des affirmations mal-fondées et mensongères sur le Reiki.

Des associations anti-sectes, dont je ne nierai pas l’utilité en général, se font de la chasse au sorcière, une mission.

Elles respecteraient simplement les valeurs de respect de la personne dont elles se prévalent, et il n’y aurait aucun problème.

Mais non, il semble qu’il y ait 2 poids, 2 mesures, une pour eux et une pour l’autre, le différent, l’étranger.

Pour faire prévaloir leurs croyances, tous les moyens de manipulation de l’information leur sont bons.

On passe allègrement

Du cas particulier d’un "maître" Reiki abusant des personnes en souffrance, à la grande généralisation "Le Reiki c’est une secte" et des dénonciations publiques.
De la non-compréhension et de la non-connaissance d’une pratique et des gens qui pratiquent le Reiki, à une condamnation absolue. Condamnation du Reiki en le qualifiant d’escroquerie, condamnation des pratiquants en les traitants d’escrocs ou d’esprits simples abusés.

Ces allégations sont mensongères et malveillantes et devraient normalement tomber sous le coup de la loi.

Alors, oui, nous pouvons comprendre

Que les changements produits dans le contexte du Reiki sont forts et parfois fort dérangeants,
Qu’il y a de quoi se poser des questions sur l’honnêteté des soins, formations et initiations donnés en Reiki, quand on ne perçoit pas l’énergie.
Que les prémisses et savoirs pré-scientifiques non-reconnus par la science puissent alerter les militants de la grande Science, de l’esprit "Cartésien" et de la pensée "Rationaliste".

Mais il y a aussi des limites à l’irrespect, au manque d’honnêteté et de rigueur, à la grossièreté intellectuelle et morale. Nous n’avons pas à subir les attaques incessantes des frustrés de toutes catégories, à accepter tous les préjudices qu’ils provoquent.

La foi des charbonniers, l’incapacité à percevoir, les souffrances perçues du fait des changements librement choisis en toute autonomie par des pratiquants Reiki, ne justifient pas, encore moins n’excusent l’intolérance, la ségrégation, la discrimination, l’injustice, la haine, le fanatisme que nous recevons.

Par Marc PAYA