L.F.R.U : une fédération forte et vigilante

Accueil > Actualités > Point de vue > La lignée REIKI, importante ou pas ?

La lignée REIKI, importante ou pas ?

"La lignée est une chaîne de transmission ininterrompue de Maître à Maître.
Elle assure en fait, une protection capitale, elle maintient l’authenticité et la pureté de l’enseignement.
On reconnaît un Maître au Maître qui fût le sien.
Il ne s’agit pas de préserver un savoir fossilisé et ritualiste, mais de transmettre de cœur à cœur et d’esprit à esprit, une sagesse essentielle et vivante, ainsi que l’habileté et la puissance de ses méthodes."

Sogyal Rinpoché

JPEG Cette citation, que l’on retrouve souvent lorsqu’on s’intéresse aux lignées, est issue de l’enseignement bouddhiste tibétain et représente l’idéal de la transmission. Est-elle applicable telle quelle à l’ USUI REIKI RYOHO ?

Il existe de nombreuses formes de Reiki puisque si une méthode énergétique rassemble les quatre propriétés suivantes, elle peut être considérée comme une technique Reiki :

  • La capacité d’utiliser le Reiki est donnée par initiation et n’est pas le résultat d’une longue période de méditation ou de la pratique d’exercices.
  • Toutes les techniques Reiki font partie d’une lignée, en commençant par le premier qui a canalisé l’énergie : transmission d’enseignant à élève par initiation.
  • Le Reiki ne nécessite pas de guider l’énergie avec l’esprit. Le Reiki est autonome et "sait" quelle vibration, quelle combinaison vibratoire est nécessaire et comment il doit agir.
  • Le Reiki n’a pas d’effets nocifs.

JPEG De nombreuses formes de Reiki existent et se sont développées, elles ne sont pas concernées par cet article qui ne concerne que le Reiki Usui. La Fédération de Reiki est la Fédération de toutes les tendances de l’ USUI REIKI RYOHO, ce qui sous-entend que de nombreuses variantes existent déjà dans la méthode d’origine. Actuellement nous avons suffisamment d’informations qui nous permettent de savoir que ce que transmettent beaucoup d’enseignants est une adaptation de la méthode de Mikao Usui par Chujiro Hayashi, simplifiée par Mme Takata, et souvent modifiée par des enseignants successifs jusqu’à nous.

C’est valable en Occident, mais également au Japon, puisque des Maîtres reconnus comme Hiroshi Doi ou Hyakuten Inamoto, ont créé leur propre méthode.

Alors, la lignée, important ou pas ?

Les avis diffèrent, certains pensent qu’il n’est plus tellement important de savoir sa lignée car l’énergie qui circule aujourd’hui est différente du siècle dernier. Le fait de connaître la lignée vous renseignait sur la pureté du lien avec Mikao Usui. Ligne directe ou indirecte selon les maîtres qui enseignent ou qui faisaient partie ou pas de l’Alliance Reiki, d’autres pensent que la transmission du Reiki s’effectuant de personne à personne [1] chaque praticien en Reiki fait partie d’une ou même de plusieurs lignées qui doivent nécessairement remonter à son fondateur, Mikao Usui.

La position de La Fédération de Reiki est claire : extrait du code d’éthique de LFDR :

  • Le Praticien de Reiki est une personne ayant été formée au Reiki par un enseignant pouvant prouver que sa lignée remonte à Mikao Usui. Pour chaque degré, il doit avoir reçu les initiations en direct, c’est-à-dire en présence de son formateur, lui-même non initié à distance.
  • Le Maître Enseignant en Reiki est une personne ayant reçu en direct l’initiation à tous les degrés de Reiki Usui par un enseignant non initié à distance et pouvant prouver que sa lignée remonte à Mikao Usui. Il a reçu les compétences pour enseigner et initier à tous les degrés jusqu’à la Maîtrise.

En effet, nous estimons qu’avec la grande diversification des écoles, des changements inutiles voire néfastes pour l’image du Reiki se sont parfois opérés dans la méthode. A titre d’exemple, les apports « new âge » ne sont pas toujours très bien perçus. Ces évolutions nécessitent donc une grande vigilance de notre part.

Extrait de l’article de Marc Paya : Les dérives New Age

Dans le Reiki occidental, le New Age a mélangé les racines chinoises et japonaises avec les médecines indiennes, le Yoga, les religions bouddhistes, hindouistes, chrétiennes... y a rajouté tout un fatras « spiritualiste » dans un patchwork incohérent.
Nous avons choisi de faire le tri dans les bagages que le mouvement New Age nous a légués.
Pour faire cela avec rigueur et tenter de se rapprocher de la pensée du fondateur du Reïki, nous sommes allés chercher dans sa culture d’origine, les sources du Reïki japonais : Kiko (qi gong), médecine chinoise, arts martiaux chinois et japonais. Nous avons gardé, de manière complémentaire, l’utilisation du système des chakras qui grâce à sa simplicité, permet aux stagiaires de trouver rapidement les postures du traitement de base.
Nous respectons la pensée des autres, qui ont le droit de mettre dans leur "Reiki", des anges, et entre 2 coups de bol tibétains, des lumières, des prières de toutes origines, et même de la psychanalyse. Mais nous n’enseignons pas cela : la volonté de Mikao Usui, le fondateur, était de transmettre un Reïki laïque, ouvert à tous, compatible avec les croyances de chacun, sans tenter de convertir autrui à ses idées ou d’imposer ses convictions.
Nous adhérons à ce projet.

La question de la lignée est importante, bien sûr, quand on va chercher un praticien compétent à l’éthique rigoureuse, mais encore plus quand on va vouloir se former, ce qui induit la question suivante :

Comment choisir son enseignant ?

Naturellement, quand on débute dans le Reiki, on n’a pas de grandes connaissances dans ce domaine et il se peut que l’on donne priorité à la proximité ou aux tarifs appliqués par l’enseignant.

Quel que soit le niveau de formation que l’on va acquérir, nous estimons que c’est un devoir pour l’enseignant de donner sa lignée. Il se peut qu’un enseignant ait suivi plusieurs enseignements, dans ce cas c’est la lignée dans laquelle il a passé la maîtrise qui doit être fournie.

Malheureusement, nous nous rendons bien compte qu’une lignée – même si elle remonte à Mikao Usui- ne garantit pas la qualité d’un enseignant. Aucun maître ne peut garantir que ce qu’il transmet est bien compris et assimilé, et que ce ne sera pas déformé, intentionnellement ou pas. Ça a pour conséquence, éventuellement, de rendre le choix difficile.

Quels critères peuvent aider à choisir ?

Comme dit plus haut, les aspects pratiques (proximité, tarifs), mais aussi, par exemple :

  • Demander à rencontrer l’enseignant, voir si on a une bonne « accroche »
  • Demander le contenu des formations, nombre d’élèves par stage, sur combien de temps…
  • Demander si un manuel et un certificat de formation sont fournis, si un suivi (téléphone, internet) est assuré,
  • Demander s’il organise des rencontres et partages,
  • Demander s’il permet de répéter les stages gratuitement pour ses élèves.
  • Demander les délais entre les degrés.Attention aux délais trop courts ! [2]

Cette liste est non exhaustive, mais elle permettra de se « faire une idée ».

Et si vraiment vous ne savez pas vers qui vous tourner, n’hésitez pas à nous appeler, il est fort probable que nous aurons quelqu’un de compétent à vous recommander !!!

Article de Jacques MARINONI


[1LFDR ne reconnait pas les initiations à distance

[2Voir dans notre article sur les formations les délais recommandés par la fédération.